En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et publicités personnalisés, ainsi que des fonctionnalités sociales. En savoir plus et gérer les cookies

Coronavirus : les exigences des médecins spécialistes

 

L'épidémie de Coronavirus prend depuis quelques jours une nouvelle ampleur qui mobilise la Direction Générale de la Santé, les établissements de santé privés et publics et l'ensemble des médecins et des professionnels de santé. Nous atteignons aujourd'hui 423 cas et malheureusement 7 patients en sont déjà décédés en France. Tous les médecins libéraux de toutes spécialités sont mobilisés pour jouer pleinement leur rôle auprès de l'ensemble de la population, tant pour soigner ceux qui seront infectés que pour informer et rassurer les français légitimement inquiets par cette pandémie. Il faut cependant que les médecins libéraux spécialistes qui, nombreux, prendront en charge la population puissent avoir les moyens de se protéger. Nous demandons que le nombre de masques chirurgicaux disponibles pour les professionnels de santé pour eux-mêmes, leurs collaborateurs, et les patients soit sérieusement revu à la hausse. Nous demandons solennellement que les professionnels de santé effectuant des gestes invasifs en particulier sur la sphère oropharyngée puissent bénéficier de masques filtrants de protection de type FFP2 aujourd'hui réservés aux seuls personnels hospitaliers formés excluant de fait les médecins spécialistes libéraux. 
 
Il nous semble urgent de promouvoir la mise en place coordonnée et régulée d'équipes mobiles de médecins et de professionnels de santé volontaires qui se rendront au domicile des patients potentiellement infectés pour les prendre en charge, effectuer le diagnostic et leur assurer les soins nécessaires. Nous savons tous aujourd'hui que la gravité d'une infection à Covid-19 se situe essentiellement lors de la 2ème semaine et principalement pour les patients les plus fragiles (diabétiques, patients immunodéprimés, patients souffrant d'une obésité morbide, personnes âgées,…). Il nous semble impératif que dans cette 2ème phase, le suivi des patients puisse être réalisé par des consultations physiques à domicile au travers de ces équipes mobiles dûment équipées des protections nécessaires mais aussi par des téléconsultations assistées ou non d'autres professionnels de santé libéraux. 
 
Les Spécialistes CSMF saluent et soutiennent le communiqué de presse de la CSMF exigeant du concret quant aux indemnités complémentaires. Certains d'entre nous ont été confinés à domicile pendant 14 jours, répondant aux demandes de l'État et des ARS suivant un principe de précaution. Ces professionnels sont restés asymptomatiques pendant cette période de quarantaine pour l'immense majorité d'entre eux. Nous demandons à l'État qu'une indemnisation à hauteur de la perte de leur chiffre d'affaires et de leur perte d'exploitation puisse leur être servie dans les meilleurs délais. L'hypothèse d'une indemnisation maximale prévue pour les travailleurs indépendants à hauteur de 56 euros par jour témoignerait d'un grand mépris et d'une méconnaissance totale du fonctionnement des cabinets médicaux. 
 
Nous attendons des réponses rapides et concrètes sur ces trois points de vigilance et assurons l'ensemble de la population du total engagement des Spécialistes CSMF, premier syndicat des médecins spécialistes de France, au service de l'ensemble de notre population confrontée à cette épidémie de Coronavirus.
 
6 Mars 2020
 

Non à l'idée sénatoriale d'un conventionnement sélectif !


Les Spécialistes CSMF ont pris acte qu'une fois encore, la Commission de l'Aménagement du Territoire et du Développement Durable du Sénat relançait l'idée d'un conventionnement sélectif des médecins libéraux afin de lutter contre les déserts médicaux.
 
Les Spécialistes CSMF s'insurgent contre cette proposition autoritaire qui n'aura pour conséquence que de décourager les jeunes médecins à s’installer.
 
Les Spécialistes CSMF s'étonnent que les sénateurs préconisent d'évaluer à horizon deux ans, un dispositif qui imposerait aux étudiants en médecine la réalisation de stages d'un semestre en autonomie supervisée "en priorité" dans les zones sous dotées au cours de la dernière année du 3ème cycle de médecine. Nous apportons notre total soutien à l'hostilité des représentants des internes et des jeunes médecins sur cette mesure qui nuirait à leur formation mais également à la qualité des soins. Nous ne pouvons pas confondre ce qui relève des études médicales de ce qui relève de l'exercice professionnel.
 
Les Spécialistes CSMF en appellent en revanche à recouvrer une parfaite confiance avec les médecins spécialistes libéraux en leur donnant les moyens de mieux mailler le territoire par un zonage spécifique aux médecins spécialistes et par un encouragement clair à la création d'équipes de soins spécialisées. Ces dernières pourront ensuite contractualiser avec une ou plusieurs Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) assurant ainsi une meilleure offre de soins.
 
Les Spécialistes CSMF sont déterminés à travailler de concert avec l'Assurance Maladie et le Ministère pour améliorer l'offre de soins, la qualité et la pertinence des soins dans un climat apaisé par des mesures incitatives clairement identifiées.

6 Février 2020
Page : 1 2 3 4 5 6 7 8