En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et publicités personnalisés, ainsi que des fonctionnalités sociales. En savoir plus et gérer les cookies

EHPAD : en finir avec ce monde parallèle

 
 
Il y a dans notre pays deux crises sanitaires. Celle dont on nous parle tous les jours depuis plus d’un mois, et l’autre, silencieuse, qui touche nos aînés, et parmi eux les plus vulnérables d’entre nous, celles et ceux qui résident dans les EHPAD, car les formes graves et sévères de cette épidémie les concernent plus particulièrement.
Depuis le début de la crise du COVID-19, les médecins coordonnateurs des EHPAD, et autres structures, alertent sur les conditions d’exercice et le bilan dramatique qu’il faudra affronter lorsque l’épidémie sera terminée.
L’État n’ignore pas cette réalité. Les chiffres de l’épidémie communiqués tous les jours par le Ministère de la Santé ne font jamais état des dramatiques statistiques que nous pouvons imaginer dans les EHPAD et qui, hélas, pourraient représenter jusqu’à 70% des décès en France.
Les médecins libéraux, acteurs majeurs de la médecine libérale et sociale, demandent solennellement de mettre en œuvre de toute urgence les mesures suivantes:
  1. L’ensemble des soignants, mais aussi tous les acteurs (aides-soignants, auxiliaires de vie, agents d’entretien, etc.) doivent prioritairement bénéficier de tests de dépistage. Et lorsque celui-ci est positif, le personnel concerné doit être mis en quatorzaine.
  2. Les résidents des EHPAD qui sont positifs au test, fiévreux et en pneumopathie, doivent être placés dans des établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR), pour bénéficier de protocoles d’aides pour les détresses respiratoires mais aussi de protocoles permettant les produits injectables dans leur prise en charge pour assurer une digne fin de vie. Quant aux résidents positifs non décompensés, ils doivent aussi être placés dans un établissement de surveillance spécifique.
  3. Que le personnel qui pratique les soins à la personne et plus particulièrement les aides-soignants et infirmier(e)s, soit prioritairement équipé de l’ensemble des protections nécessaires à leur travail quotidien (lunettes, blouses, masques, gants, …). C’est encore trop peu le cas actuellement dans ces structures.
Ces trois mesures sont le minimum acceptable pour une prise en charge convenable dans les EHPAD.
La grandeur et l’humanisme d’une société se mesurent aussi à la façon dont elle protège prioritairement les plus fragiles d’entre nous durant cette période. Une fois l’épidémie passée, alors l’ensemble de notre société pourra nourrir un sentiment de fierté et de devoir accompli après avoir accompagné dignement nos aînés.
Les EHPAD ne doivent plus être un monde parallèle.

1er Avril 2020

Conférence de presse du Premier Ministre du 28 Mars
Défiance…

 
Selon le dernier sondage ODOXA, une large majorité de français ne fait plus confiance à l’exécutif pour gérer la crise sanitaire.
 
Dans un tel contexte de crise, de guerre comme celle que nous vivons, il y a habituellement une union nationale derrière le Président et son gouvernement.
 
Aujourd’hui ce n’est pas le cas, la faute aux nombreuses polémiques, aux annonces non tenues et au manque de transparence.
 
Pour celles et ceux qui sont sur le terrain, c’est un sentiment de défiance qui règne et en particulier pour les médecins libéraux, déjà lourdement touchés par la perte des leurs, morts au front car partis combattre sans protection faute d’équipement …
 
Cette défiance est aussi la conséquence d’un manque de transparence, de fausses promesses, d’un sentiment « de se faire balader ».
 
Les masques FFP2 et l’ensemble des protections nécessaires ainsi que les tests de dépistage ne sont toujours pas ou peu accessibles pour les médecins de terrain et leurs équipes.
 
La comptabilité morbide de celles et ceux décédés du COVID 19 ne tient pas compte du nombre de morts dans les EHPAD, car ces établissements ne sont pas reliés au système hospitalier !
 
Et pourtant le Ministre de la santé Monsieur Olivier VERAN dans son dernier courrier du 27 mars qui nous est adressé, termine malgré ce contexte par cette phrase cynique « Je sais que je peux compter sur vous ».
 
Alors oui, Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre (même si vous oubliez régulièrement de citer la médecine libérale), je vous confirme que vous pouvez compter sur les médecins libéraux et leurs équipes, même si nous avons peu ou pas de protection, peu ou pas de tests de dépistage. Nous remplirons notre devoir pour la nation.
Mais un jour, il faudra rendre compte.
 
29 Mars 2020

Coronavirus : Tous au service de la santé des Français

 
L’épidémie de Covid-19 est en train de s’étendre à tout le pays avec des régions ou des territoires où l’augmentation du nombre de Covid-19 est exponentielle et donc très préoccupante.
 
Dans ce contexte, certains médecins libéraux constatent une nette diminution de la fréquentation de leur cabinet, alors que d’autres sont surchargés par cette épidémie. De même, les établissements de soins privés, les cliniques, se sont préparés à accueillir des patients atteints de Covid-19 : l’activité programmée y a été supprimée, des organisations spécifiques ont été mises en place…
 
Pourtant, ces établissements de soins privés et les médecins qui y exercent sont souvent l’arme au pied, dans l’attente de patients atteints, alors que les structures publiques du même territoire sont en tension, voire débordées.
 
La CMSF appelle l’ensemble des ARS à veiller à une organisation territoriale cohérente, afin que tous les acteurs du monde de la santé soient intégrés dans la prise en charge de ces patients atteints. Les médecins généralistes et spécialistes de tous les territoires, exerçant en cabinet ou en établissements de soins sont prêts à participer à l’effort général. Encore faut-il qu’ils soient sollicités, ainsi que les établissements où ils exercent. Le système de santé repose sur deux acteurs principaux en France, le secteur public et le secteur privé libéral. L’heure n’est pas à une exclusion d’un autre temps.
 
Ce n’est qu’en s’appuyant sur l’ensemble des acteurs du système de santé que nous arriverons à assurer une prise en charge de tous les patients atteints de Covid-19 : tous les médecins libéraux y sont prêts.
 
25 Mars 2020
Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13