En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et publicités personnalisés, ainsi que des fonctionnalités sociales. En savoir plus et gérer les cookies

Stages en ville, MSU : il y a urgence !

 
Améliorer l’accès aux soins dans les territoires, tant en médecine générale qu’en médecine spécialisée passe par une attractivité renforcée de la médecine de ville et par la découverte de l’exercice libéral par les jeunes générations.
 
En médecine générale, cela est partiellement le cas pendant le troisième cycle des études médicales, mais ceci doit être développé. Il faut développer le recrutement de nouveaux maîtres de stage universitaire, multiplier les stages, dans tous les territoires, avec les soutiens nécessaires tant pour l’hébergement que pour les déplacements lorsqu’il s’agit de terrains de stage éloignés des lieux de faculté. C’est à ce prix que les zones rurales et les zones sous-denses arriveront à attirer de jeunes médecins généralistes.
 
En médecine des autres spécialités, force est de constater que les stages en milieu libéral sont très peu développés voire en nombre anecdotique. Pourtant il s’agit d’une orientation de la politique de santé depuis quelques années, qui se heurte à des freins divers venus de certains enseignants dans les spécialités ou de difficultés organisationnelles.
 
Il est fondamental de former rapidement des maîtres de stage universitaire en médecine spécialisée, et d’offrir des terrains de stage dans toutes les spécialités afin de renforcer l’attirance  de l’exercice libéral pour la médecine spécialisée en ville et ainsi diminuer les délais de rendez-vous.
 
Ces formations de maîtres de stage universitaire doivent se faire d’une façon ouverte auprès des organismes de formation aux mains des médecins. Il est inacceptable qu’un seul organisme de formation prétende s’en attribuer l’exclusivité. De nombreux organismes de formation habitués à intervenir en médecine libérale doivent pouvoir le faire en garantissant la même qualité pédagogique.
 
Le statut de maître de stage universitaire doit être reconnu pour les médecins spécialistes libéraux et  amélioré  en particulier au niveau de sa rémunération.
 
Ce n’est qu’à ce prix que la France rentrera dans un système où la formation des médecins est adaptée à leur exercice professionnel futur, qu’il soit en ville où à l’hôpital. Le développement de stages en ville est un enjeu majeur pour l’accès aux soins dans nos territoires.

13 Février 2020

Réforme des retraites : la CSMF demande un étage supplémentaire pour les médecins libéraux

 
Alors que le projet de loi est actuellement examiné au Parlement, la réforme des retraites inquiète toujours beaucoup les médecins libéraux. En effet, leur pension va fortement diminuer avec le système de retraite universelle, puisqu’ils cotisent moins longtemps que les autres, du fait de leurs études très longues.
 
Après avoir largement participé aux réunions de concertation avec les équipes du Haut-Commissariat à la Réforme des Retraites, la CSMF demande expressément au gouvernement la mise en place d’un étage supplémentaire de retraites pour les médecins libéraux. Le principe est simple : maintien du niveau actuel de cotisations retraite après réforme afin d’obtenir le même niveau de pensions qu’actuellement.
 
Cet étage supplémentaire doit être obligatoire pour les médecins libéraux et viendrait en complément de la retraite issue du système universel. Il pourrait être géré par la CARMF (Caisse autonome des retraites des médecins français) et une partie des réserves constituées par la profession pourrait abonder cet étage supplémentaire obligatoire.
 
La CSMF ne pourrait accepter, après une telle longueur de durée d’études, et une vie professionnelle souvent marquée par une grande responsabilité et une pénibilité non reconnue, que les pensions de retraite des futurs et jeunes collègues médecins libéraux soient à un niveau bas voire très bas.

12 Février 2020

Lancement du syndicat Les Spécialistes CSMF


Conférence de presse du Dr Franck DEVULDER, Président des Spécialistes CSMF
 
Monsieur le Président de la CSMF, Mon Cher Jean-Paul,
Monsieur le Président du syndicat Les Généralistes CSMF, Mon Cher Luc,
Mesdames et Messieurs les membres du Bureau de la CSMF et des Spécialistes CSMF, Mes très chers Amis,
Mesdames et Messieurs les Présidents des syndicats de verticalité,
Mesdames et Messieurs les Présidents des délégations régionales CSMF de la Médecine Spécialisée,
Mesdames et Messieurs les Journalistes,
 
Cette conférence de presse fait suite à l’Assemblée Générale constitutive du syndicat « Les Spécialistes CSMF » qui s’est tenue ici, au siège de la CSMF, le samedi 1er février dernier. Elle fait suite aussi au Conseil Confédéral extraordinaire de la CSMF qui a accueilli favorablement le syndicat « Les Spécialistes CSMF » en son sein. Plusieurs points méritent d’être évoqués ici et devant vous :
 
  • Pourquoi la création de ce syndicat ?
  • Qui sommes nous et que représentons nous ?
  • Quels sont les axes politiques qui nous ont amenés à cette décision ?
 
Lire l'intégralité de la note de presse
 

5 Février 2020

CUMUL EMPLOI RETRAITE : VICTOIRE DE LA CSMF !

 
 
Aujourd’hui, l’activité libérale d’un médecin faisant du cumul emploi-retraite impose au praticien une cotisation retraite sans droit supplémentaire. C’est pourquoi la CSMF a demandé depuis longtemps de mettre fin à cette injustice : les cotisations retraite générées par l’activité libérale en cumul emploi retraite doivent permettre l’acquisition de droits nouveaux.
 
Les entretiens successifs avec le Haut-Commissaire à la Réforme de la Retraite (HCRR) avaient laissé entrevoir la possibilité de la mise en œuvre de cette proposition …en 2037 ! La crise démographique actuelle sera loin derrière nous. C’est bien tout de suite qu’il faut favoriser le cumul emploi-retraite pour les médecins qui le souhaitent.
 
Lors de son entretien avec Laurent Pietraczewski, Secrétaire d’État chargé des retraites, la CSMF a exigé l’application de cette mesure légitime au plus tôt.
 
C’est désormais chose faite puisque cette mesure de bon sens est désormais inscrite dans le projet de loi instituant un système universel de retraite dans son article 26 et sera applicable dès le 1er janvier 2022.
 
N’en déplaise à certains, la CSMF ne bavarde pas, elle travaille efficacement !
 
29 Janvier 2020
Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13