En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et publicités personnalisés, ainsi que des fonctionnalités sociales. En savoir plus et gérer les cookies

 
 

COMMUNIQUE
En réponse à l’article du Républicain Lorrain du 14 mars 2018

 
 
 
Dans votre article du 14/ 3 à propos de la surcharge des services d’urgences, vous mettez en cause les médecins libéraux, qui n’assureraient pas leur rôle en cette période de surconsommation médicale, alors qu’ils sont eux-mêmes débordés.
 
Plutôt que d’alimenter une polémique stérile sur la responsabilité des uns ou des autres dans la prise en charge difficile d’un plus grand nombre de  patients polypathologiques au décours de période épidémique :
  • essayons de comprendre pourquoi un grand nombre de patients consultent au service des urgences avant même de se rendre chez leur médecin traitant,
  • essayons d’améliorer la communication entre les professionnels de santé et l’hôpital,
  • essayons d’améliorer l’information des patients sur la bonne utilisation des services d’urgences
  • essayons de compenser le déficit démographique en médecins de premier recours par une meilleure organisation du parcours de santé et une meilleur coordination des soignants, en ville et à l’hôpital pour améliorer les capacités d’accès aux soins des patients.
 
Des groupes de professionnels de santé, libéraux et hospitaliers,  travaillent actuellement avec l’Agence Régionale de Santé pour expérimenter des nouvelles modalités  de réponse aux besoins des patients.

Lire l'article du Républicain Lorrain