En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et publicités personnalisés, ainsi que des fonctionnalités sociales. En savoir plus et gérer les cookies

Docteur junior : un moyen pour fermer le secteur 2 ?

 
La création du statut de « docteur junior », dans le décret publié aujourd’hui au Journal Officiel, s’inscrit dans la réforme du troisième cycle des études de médecine lancée en 2016.
 
Cette année de « docteur junior » ne doit pas se faire au détriment de la durée habituelle de l’internat phase 1 et phase 2. Il doit s’agir d’un temps supplémentaire qui doit s’appliquer à toutes les spécialités, notamment la cardiologie, la gastro-entérologie et la néphrologie. Ceci doit passer par un investissement financier afin de préserver les postes actuels d’assistants et de chefs de cliniques. En l’absence d’investissement, le « docteur junior » pour tous, va entrainer le clinicat pour personne !
 
Cette phase 3 des études médicales, tout comme les phases 1 et 2, doit aussi être ouverte au secteur libéral. Cela passe par une qualité de formation garantie et donc par la mise en place d’une maitrise de stage universitaire ouverte à toutes les spécialités.
 
Cette ouverture sur l’exercice libéral est une condition indispensable à la sauvegarde d’une médecine libérale de qualité.

5 Juillet 2018

Soins non programmés : oui à une responsabilisation collective territoriale, non à une obligation individuelle de garde

 
Le député Thomas Mesnier a rendu hier son rapport sur l’organisation des soins non programmés à la ministre Agnès Buzyn.
 
Certaines recommandations de ce rapport vont dans le bon sens, comme la nécessité de soutenir les professionnels de santé qui s’engagent dans la réponse aux premiers soins, ainsi que toutes les mesures facilitant l’information de la population. Néanmoins, étant donné la crise actuelle de la médecine libérale et le manque de moyens alloués pour assurer ses missions, les médecins libéraux ne tolèreront pas le retour d’une obligation individuelle de garde.
 
La CSMF tient à rappeler que les médecins libéraux assurent déjà une grande partie des soins non programmés dans leurs cabinets, ainsi qu’au travers de la permanence des soins et de la régulation libérale (nuits et week-ends), tant en médecine générale qu’en pédiatrie ou dans d’autres spécialités.
 
S’apercevoir aujourd’hui de dysfonctionnements est paradoxal quand on sait que les ARS n’ont eu de cesse de supprimer des lignes de garde et de réduire les budgets alloués à la PDSA ces dix dernières années. Ce mouvement a été amplifié par le manque de médecins dans certains territoires. Le manque d’attractivité de l’exercice libéral et le manque de moyens attribués à la médecine libérale expliquent la situation actuelle. Les gouvernements successifs en portent une lourde responsabilité.
 
Solliciter aujourd’hui les médecins pour assumer la réponse territoriale pour la prise en charge des soins non programmés va nécessiter un changement complet d’orientation dans l’attribution des moyens, à l’inverse de ce qui s’est fait depuis de nombreuses années.
 
Il est donc urgent de :
 
  1. Mettre en place rapidement le numéro unique 116 117 pour recourir à la médecine de première ligne. L’idée d’un numéro unique en santé risque d’aggraver les dysfonctionnements actuels dont on parle dans la presse : une masse d’appels encore plus importante rendra plus difficile l’identification et le traitement des urgences vitales.
 
  1. Soutenir une régulation libérale au niveau organisationnel et financier.
 
  1. Valoriser les tarifs de garde qui n’ont pas changé depuis 2002.
 
  1. Valoriser les tarifs des soins non programmés effectués en cabinet médical, tout particulièrement s’ils sont issus d’un système de régulation, y compris par la défiscalisation.
 
  1. Soutenir les initiatives territoriales qui émergent, via notamment de nouvelles plateformes numériques (applications mobiles, etc.).
 
23 Mai 2018
Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32
DOCTEUR JUNIOR
SOINS NON PROGRAMMES
PERMANENCE DES SOINS
ACCORD DES RADIOLOGUES
TIERS PAYANT GENERALISE
NEGOCIATIONS CONVENTIONNELLES
LA CSMF RAPPELLE SES PRIORITES
TELEMEDECINE : ENCORE UN EFFORT !
HAUSSE DES VIOLENCES CONTRE LES MEDECINS
TIERS PAYANT : GARE A LA DERIVE
TIERS PAYANT AVEC LES ASSUREURS COMPLEMENTAIRES
HALTE A LA DESINFORMATION SUR LES MEDECINES ALTERNATIVES
PLAN PREVENTION
DECRET INFIRMIER
RECERTIFICATION
REFORME DU SYSTEME DE SANTE
SOLIDARITE INTERGENERATIONNELLE
LIBERTE D'INSTALLATION
VACCINATIONS
RAPPORT SUR LES DESERTS MEDICAUX
LUTTES CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES
SOINS NON PROGRAMMES
DES DEPASSEMENTS D'HONORAIRES EN BAISSE
RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES
APPEL POUR UNE REPRESENTATION NATIONALE DES CPTS
SUPPRESSION DE L'ARTICLE 99 DE LA LFSS 2017
SITUATION CRITIQUE A LA MARTINIQUE
LA CSMF EN DEUIL
SANTE DANS LES DOM
MORT DU TIERS PAYANT GENERALISE
LA RECERTIFICATION
HAUTE AUTORITE DE SANTE
ACCES TERRITORIAL AUX SOINS
UN ONDAM LOIN DES ENJEUX
COMPTES DE LA SANTE
RAPPORT SUR LA SECURITE SOCIALE
STRATEGIE NATIONALE DE SANTE
SURCHARGE DES URGENCES HOSPITALIERES
HAUSSE DE LA CSG ET FIN DU RSI
LA CSMF APPELLE AGNES BUZYN A JOINDRE LES ACTES A LA PAROLE
HAUSSE DE LA CSG
OUI AU TIERS PAYANT POSSIBLE ET FACILE
LES ENJEUX DE LA NOUVELLE POLITIQUE DE SANTE
TIERS PAYANT GENERALISE
SANCTIONS CONTRE LE C A 25 €
COMPTES DE LA SECU
TIERS PAYANT GENERALISE
STATIONNEMENT GRATUIT A PARIS
VACCINATION : UN SIGNAL POSITIF DE LA MINISTRE
SOUFFRANCE DES JEUNES MEDECINS
ETUDES DE MEDECINE : MERITOCRATIE OU LOTERIE?
RENCONTRE AVEC AGNES BUZIN
VEUT ON FREINER LA HAUSSE DES DEPENSES POUR MALADIES CHRONIQUES?
AGENS BUZYN MINISTRE DE LA SANTE
LES MEDECINS LIBERAUX D'ICI A 2040
TIRAGE AU SORT A L'ENTREE DU PACES
GUYANE : LA CSMF DENONCE L'ABSENCE DE SOUTIEN A LA MEDECINE LIBERALE
CONSULTATION A 25 €
ROSP : UN DISPOSITIF A ETENDRE
CSMF D'ILLE ET VILAINE : LA CSMF DIT STOP
ACCORD CONVENTIONNEL INTERPROFESSIONNEL
DONNEES DE SANTE
REFORME DU 3EME CYCLE DES ETUDES MEDICALES
PLAN ALZHEIMER
AGRESSION DANS LE BAS-RHIN
LA CSMF RECOIT LES REPRESENTANTS SANTE
NUMERO UNIQUE 116 117
COLLEGE DE LA HAS SANS MEDECINS LIBERAUX
DEREMBOURSEMENT DE LA VISCOSUPPLEMENTATION
LA CSMF SOUTIENT LA GREVE DES INTERNES
EXPLOSION DES DELAIS DE RENDEZ VOUS
DERNIER CADEAU DE MARISOL TOURAINE
PROPOSITIONS CSMF JEUNES MEDECINS
BAISSE DES TARIFS DE L'IMAGERIE MEDICALE
DISCRIMINATION DE L'AVANTAGE MATERNITE DES MEDECINS
LETTRE OUVERTE AUX MINISTRES
VACCINATION
PETITION
PROPOSITIONS DE LA FHF
DRAME DE NOGENT LE ROTROU
ACCES PARTIEL AUX PROFESSIONS DE SANTE
SECTEUR PRIVE A L'HOPITAL
LA CSMF SOUTIENT LES MEDECINS BELGES
GRIPPE : LA MADECINE DE VILLE UNE NOUVELLE FOIS OUBLIEE !
TIERS PAYANT GENERALISE
LA CSMF REAFFIRME SON OPPOSITION AU TIERS PAYANT
REFORME DES REGIMES DE RETRAITE COMPLEMENTAIRE ET ASV
COMPLEMENTAIRES PLUS CHERES
PREVENTION : reconnaître et valoriser le rôle majeur des médecins libéraux
MOBILISATION A ROMILLE LE 16 NOVEMBRE
AGRESSION INADMISSIBLE D'UN MEDECIN A CHATELLERAULT
CONVENTION MEDICALE : "MARISOL M'A TUER!"
AGRESSIONS DE MEDECINS
CONSEIL TELEPHONIQUE : L'EXPERT C'EST LE MEDECIN DU PATIENT !
QUE RETENIR DU PLFSS?
ATTRACTIVITE DES CARRIERES MEDICALES