Ce décret publié au Journal Officiel le 16 octobre 2016 permet notamment aux opticiens-lunettiers d'adapter des corrections de lentilles de contact dans le cadre d'un renouvellement, après examen de la réfraction. La prescription du médecin doit dater de moins d'un an.
Le décret du 13 avril 2007 prévoyant cette possibilité d'adaptation pour les verres correcteurs est abrogé. Désormais, 3 durées d'adaptation sont prévues : 1 an pour les patients de moins de 16 ans, 5 ans pour ceux de 16 à 42 ans et 3 ans pour ceux de plus de 42 ans.
Le médecin peut s'opposer à l'adaptation de sa prescription, ce qu'il doit mentionner expressément sur l'ordonnance, ou limiter la durée d'adaptation de la prescription dans certaines situations médicales.
Le décret prévoit également l'autorisation pour l'opticien de délivrer "exceptionnellement sans ordonnance de nouvelles lunettes en cas de perte ou de bris des verres correcteurs, lorsque l'urgence est constatée et en l'absence de solution médicale adaptée".
Lire le décret
 
Ce circuit avec les opticiens risquant de rendre moins fréquent le passage des patients chez l'ophtalmologiste, il est nécessaire que les prescriptions médicales de verres correcteurs ou de lentilles de contact soient faites par des ophtalmologistes, afin de pouvoir réaliser dans le même temps le dépistage des pathologies oculaires asymptomatiques dans les premiers stades (notamment DMLA, glaucome, cataracte, rétinopathie diabétique) et d'identifier les cas nécessitant une réduction ou une opposition au renouvellement des équipements optiques chez l'opticien. Ceci afin d'éviter des pertes de chance pour les patients

19 octobre 2016